Prix et jury

Les prix

Pour l’édition 2018, cinq prix seront décernés par un jury international de professionnels de l’audiovisuel et des métiers d’art, présidé par Barthélémy Toguo. Trois prix seront décernés par le public et par les élèves du FIFMA des Écoles.

Grand Prix – 3 000 €
Le Grand Prix récompense une oeuvre exceptionnelle.

Prix Patrimoine – 1 500 €
Le Prix Patrimoine reviendra à un film mettant en valeur les traditions à travers les âges et cultures.

Prix Contemporain – 1 500 €
Le Prix Contemporain sera attribué à un film consacré à la création contemporaine dans les métiers d’art.

Prix du Format Court – 1 500 €
Le Prix du Format Court récompensera un film de moins de 13 minutes.

Prix du Jeune Réalisateur – 1 500 €
Le Prix du Jeune Réalisateur sera remis à un réalisateur de moins de 30 ans.

Prix du Public  1 500 €
Ce Prix est attribué par les festivaliers, appelés à noter à l’issue de chaque séance les films programmés en compétition. Le Prix du Public sera remis au film le mieux noté lors de la cérémonie de palmarès.

LES PRIX DU FIFMA DES ÉCOLES

Le FIFMA des Écoles organise sa propre compétition et emmène les élèves participant au parcours à voter pour leur film préféré. Deux prix sont remis :

Prix du Jeune Public Écoles élémentaires – 1 500 €

Prix du Jeune Public Collèges et Lycées – 1 500 €

Le Jury

Depuis 1998, le jury du festival est présidé par des person­nalités emblématiques telles que Ousmane Sow, sculpteur sénégalais ; Miquel Barceló, peintre et sculpteur espa­gnol ; Mâkhi Xenakis, plasticienne française …

Un jury composé de personnalités du monde du cinéma, des métiers d’art et de l’audiovisuel.

BARTHÉLÉMY TOGUO

BARTHÉLÉMY TOGUO

Céramiste - Président du jury

Barthélémy Toguo connaît bien le FIFMA, où il a été invité en 2012 à parler de son parcours, de son travail d’artiste et de céramiste à l’occasion de la projection du documentaire Barthélémy Toguo à Sèvres. En 2018, il nous fait l’honneur de revenir à l’occasion des 20 ans du festival pour présider le jury de la 11e compétition.

Né en 1967 au Cameroun, Barthélémy Toguo a suivi un enseignement académique à l’École nationale des Beaux-arts d’Abidjan avant de découvrir l’art contemporain et des pratiques plus expérimentales dès 1993 à l’École supérieure d’art de Grenoble. En 1998, il rejoint la prestigieuse Kunstakademie de Düsseldorf. Dès la fin des années  1990, les oeuvres de Barthélémy Toguo sont remarquées par plusieurs critiques et conservateurs : Hans Ulrich Obrist en 1999 pour Migrateurs (ARC, Paris), Jean-Hubert Martin en 2000 pour Partage d’exotismes (Biennale de Lyon) et Pierre Restany en 2001 pour
Political Ecology (White Box, New York). En 2011, il réalise à la Manufacture de Sèvres les décors des vases du designer Pierre Charpin.

Barthélémy Toguo étend sans cesse l’éventail et la dimension de ses créations, produisant des oeuvres qui mêlent avec une grande liberté de multiples techniques. Son oeuvre traduit ses préoccupations à l’égard des bouleversements actuels du monde. En 2015, Barthélémy Toguo est invité à participer à la Biennale de Venise, All the World’s Futures. En 2016, il fait partie des quatre artistes nommés pour le prix Marcel Duchamp et, à cette occasion, a présenté une installation au Centre Pompidou d’octobre 2016 à février 2017.

Aude Tahon

Aude Tahon

Créatrice textile et Présidente d’Ateliers d’Art de France

Aude Tahon étudie d’abord l’anthropologie, discipline qui la conduit à s’intéresser aux objets et aux techniques de création de toute origine. Attirée par l’art textile, elle s’initie à de nombreux procédés tels le tissage, la teinture, ou encore le maedup, art des noeuds traditionnels coréens qui marquera profondément sa démarche de création. Après avoir perfectionné son savoir-faire à l’École Duperré, Aude Tahon ouvre en 2003 son propre atelier. Très attachée à la transmission, elle intervient régulièrement dans des écoles d’arts appliqués sous forme de workshop, de classe de maître ou en tant que membre de jury. En 2012, Aude Tahon s’engage dans l’action
collective au sein d’Ateliers d’Art de France. Elle est nommée en 2014 membre du Conseil Culturel de l’Institut National des Métiers d’Art (INMA) et préside depuis 2015 la commission artiste-auteur d’Ateliers d’Art de France. Elle est élue Présidente d’Ateliers d’Art de France en septembre 2016. Elle est la première femme élue à la tête de ce syndicat.

Elisabeth Coronel

Elisabeth Coronel

Réalisatrice et plasticienne

Elisabeth Coronel a une formation de plasticienne (ENSAD) et de vidéaste (Université de Tokyo). Elle exerce plusieurs métiers dans le monde du film d’animation et de la production audiovisuelle. Après la réalisation d’un court métrage de fiction et la co-écriture d’une série de fiction originale Penn Gwen de la Martinique, elle rejoint Arnaud de Mézamat dans la création d’Abacaris Films en 1993. Ils réalisent ensemble ou séparément plusieurs films documentaires dont les thématiques vont des faits de société et des films d’histoire aux films de culture (théâtre, musique, arts plastiques, littérature). Son film Bijoux contemporains. De l’or à la rouille, diffusé sur ARTE, a été distingué
au FIFMA 2016.

Sarah Pialeprat

Sarah Pialeprat

Directrice du Centre du Film sur l’Art

Née en France en 1975, Sarah Pialeprat a étudié le théâtre au Cours Florent tout en poursuivant un cursus en lettres modernes à La Sorbonne (Paris IV). Après un Master dirigé par Antoine Compagnon, elle part en Belgique pour une année de Master 2 en gestion culturelle et est rapidement engagée au Centre du Film sur l’Art comme chargée de mission. Parallèlement, elle écrit des articles pour différents médias en France et en Belgique sur le cinéma et la littérature. Depuis 2012, elle dirige le Centre du Film sur l’Art et co-dirige
le Brussels Art Film Festival aux côtés d’Adrien Grimmeau. Elle est également Vice-Présidente des Midis du Cinéma aux Musées Royaux des Beaux-arts.

Share This