FIFMA #14: Fascinantes porcelaines

Dans les coulisses de la célèbre Manufacture de Sèvres

 

C’est une plongée dans l’histoire de l’excellence à la française qu’ont vécu les 6e du collège Lavoisier de Pantin. Ils ont eu la chance de découvrir les coulisses de la manufacture de Sèvres où se perpétuent des savoir-faire centenaires. Au sein des ateliers d’émaillage et de décors à la peinture en « filage doré », ils ont été de surprises en surprises et n’ont pas manqué de poser une multitude de questions !

« Nous sommes dans un lieu de transmission des savoir-faire où l’on fabrique des objets en porcelaine depuis plus de 250 ans.  S’il y a un mot à retenir aujourd’hui c’est le mot kaolin, une argile blanche qui va donner cette couleur à la porcelaine » débute le conférencier. Il explique alors comment cette matière, « utilisée par les chinois il y a plus de mille ans, a conquis l’Europe et le monde arabo-musulman avant que l’on découvre en France notre propre kaolin ». Derrière lui, un immense vase recouvert de l’emblématique « bleu de Sèvres » trône fièrement aux côtés d’une table aux allures plus contemporaines : « ici on peut reproduire des vases et de la vaisselle de l’époque Louis XV mais aussi des créations toutes droites sorties de l’imaginaire d’artistes vivants ».

Matières précieuses

Le groupe poursuit la visite par l’atelier de filage dorure où Mathilde leur présente son travail : « ici on décore la porcelaine avec des métaux précieux, essentiellement l’or, qu’on va poser au pinceau à main levée ». Elle détaille ensuite comment « la peinture d’or pur 24 carats est obtenue à partir d’un lingot réduit en poudre au laboratoire qui est ensuite broyé avec un fondant pour permettre sa pose au pinceau ». Impressionnant ! Surtout quand les élèves apprennent qu’un lingot vaut aujourd’hui dans les 50000 euros ! « Vous faites comment si vous ratez le dessin ?» demande un élève. « On essuie avec un chiffon qui repart au labo où la poudre d’or est récupérée, elle n’est pas perdue ! ». Après avoir fait une petite démo, elle oriente les gestes d’un élève curieux d’essayer : « je vais tourner l’assiette avec la tournette et toi tu tiens le pinceau comme ça ». Puis vient le moment des questions tous azimuts : « vous avez fait quelles études ? qu’est ce qui vous a donné envie de faire ce métier ? ça vaut combien une tasse recouverte d’or ? ».

Le grand four

Après quelques échanges riches, la classe se dirige vers l’un des 6 fours à bois de la manufacture, « le grand four ». « Il fait 10 mètres de haut et on cuit la porcelaine à 1400 degrés ». A l’aide du conférencier, les élèves découvrent alors un par un la trappe où sont déposées les « 15 tonnes de bois pendant les cuissons, une étape qui dure 30 heures » !   Mais il est temps d’aller dans l’atelier d’émaillage pour y rencontrer Nicolas, l’émailleur.

Démo d’émaillage

« Mon travail intervient après la première cuisson de l’assiette qu’on appelle le biscuit : la surface de la porcelaine est encore poreuse ce qui lui permet d’absorber l’émail ». Nicolas plonge ensuite une assiette dans « le bain d’émail, un mélange d’eau et d’une fine poudre, le feldspath, qui lui donnera un aspect lisse, brillant et imperméable ». A la fin de la visite, il est bluffé lui aussi par les questions des élèves, « d’une grande maturité » : « quand avez-vous su que vous vouliez faire ce métier ? Quelles études vous avez fait et combien de temps ont-elles duré ? Qu’est-ce qui vous a motivé à faire ce métier ? Quelles sont vos relations avec les collègues des autres ateliers ? Et la plus récurrente : « vous gagnez combien ?». « On apprend tous les jours des choses ici surtout avec des questions aussi pertinentes qui forcent à s’interroger sur son métier » commente Nicolas. Les élèves repartent ravis après ces intenses et joyeux échanges.  

Texte et photos: Aurélie Sécheret

 

 

Collège:
Classe de 6ème du collège Lavoisier,
2-4 rue Lavoisier, Pantin

Enseignante: Mme Martin

Lieu : Ateliers de la Manufacture de Sèvres
2 place de la Manufacture, Sèvres
www.sevresciteceramique.fr

Share This