FIFMA #2: Les joies du papier-mâché

Un atelier aux mille couleurs

Les CE1 de Mme Rauch ont été bien vaillants de faire 2 km à pied ce matin du mois de janvier. Leur destination ? L’atelier de Wabé, situé à l’autre bout de Montreuil. L’artiste-plasticienne les a accueillis chaleureusement dans son espace aux mille couleurs, peuplé de sculptures et de personnages en papier-mâché tout droit sortis de l’univers d’Alice au Pays des Merveilles !

« Bienvenus dans mon atelier où je travaille depuis 23 ans ! A votre avis en quelle matière sont faites les sculptures et les objets que vous voyez autour de vous ? ». « En argile » tente un élève. « Est-ce que vous en êtes sûrs ? » relance Wabé. « En papier-mâché ! » lance un autre. « Ah, c’est bien ! Il y en a au moins un qui a retenu ce que j’ai dit en classe ! » acquiesce la maitresse.

La matière d’une vie

Wabé leur explique alors comment sa passion pour cette matière est née lorsqu’elle n’avait que 10 ans, à peine plus que les enfants assis autour d’elle : « c’est ma maitresse de CM2 qui nous l’a apprise en classe et depuis je ne l’ai plus quittée, à 59 ans, je l’utilise encore ! On apprend des choses fantastiques à l’école et ces choses-là nous restent toute la vie ! ».  Cette matière, elle l’utilise à merveille pour raconter des histoires en trois dimensions. « Et celle-là madame elle raconte quelle histoire ? ». Les enfants sont impatients d’en savoir plus. Mais il est temps maintenant d’une petite démonstration. « Je vais vous apprendre mes petits secrets ! » Les yeux s’illuminent emplis de curiosité.

« Est-ce que ça vous intéresserait d’apprendre à faire cette technique ? ». « Oui ! » s’exclame la classe d’une seule voix. « Moi aussi ! » ajoute Mme Rauch.  « A votre avis où vais-je aller chercher la matière ? » interroge Wabé. « Dans le cerveau ! ». « Oui c’est effectivement ma matière première, là où réside l’imagination, mais il me faut quand même quelque-chose d’autre, et c’est du papier ».

Les secrets du papier-mâché

Wabé sort alors une pile de vieux journaux : « regardez lorsque je les déchire, on voit toutes sortes de petits poils, c’est la fibre de papier. On va faire de petites bandelettes. Dans ma recette il y a aussi un peu d’eau, de la colle à papier peint et du grillage pour faire tenir la pâte dessus et créer des formes ». Les enfants sont mis à contribution par groupe de 6. Un brouhaha de papiers déchirés envahit l’atelier et les bandelettes s’amoncellent en un rien de temps dans les bassines. « Bravo ! c’est la première étape la plus importante. Je vais maintenant ajouter l’eau tiède ». Les mains triturent tous azimuts la pâte qui se forme petit à petit. « Ça devient dure quand on essore ! » s’étonne un élève. « Moi je vais faire un bonhomme de neige » lui répond sa voisine.

« Merci à Wabé ! » entonnent les enfants avec la maitresse au moment de partir. Ils repartent ravis, en n’oublient pas de prendre une carte de visite qu’ils s’empresseront de donner à leur parent pour revenir. Et qui sait, peut-être que certains d’entre eux suivront les pas de Wabé pour faire du papier-mâché une matière qui les accompagnera toute leur vie ?

Texte et photos: Aurélie Sécheret

Classe : CE1 de l’école Diderot 
12 Rue Pépin, 93100 Montreuil
Enseignante : Mme Rauch

Intervenante:
Wabé
, plasticienne papier
29 ter rue des Fédérés, Montreuil
wabe-sculpture.net

Share This