fbpx

FIFMA #25: Le compte rendu des élèves

Visites d’un atelier gravure et d’un atelier de céramique

La visite de l’atelier de Cécile Basecq, graveuse

Cécile dessine tout le temps, puis elle met son dessin sur du papier calque et ensuite le dessin arrive sur une plaque de cuivre.
Elle utilise des objets pointus comme des pointes pour graver son dessin sur la plaque de cuivre.
Pour l’imprimer, il faut de la peinture spéciale qu’elle étale avec une « poupée » et ensuite Cécile frotte avec un linge spécial qui gratte.
Elle installe la plaque sur sa presse, met une feuille blanche mouillée par-dessus, elle referme la presse et il faut tourner une roue. Il faut avoir de la force pour tourner.
Lorsqu’on tourne, ça appuie très fort sur la feuille blanche et la plaque de cuivre.
Ensuite, on ouvre la presse et on retire le dessin et on a la même «  trace» que sur le cuivre.
Pour manipuler les papiers, Cécile utilise des petites pinces parce que le papier doit rester très propre et sinon il y aurait des traces de doigts.

Haylee : «  j’ai aimé lorsque Cécile nous a fait sentir ses produits, ça sentait fort. »
Fatoumata : «  j’ai aimé tout le travail de Cécile. »
Hervia : «  J’ai aimé les beaux dessins de Cécile. »
Ali : «  J’ai aimé quand Adrian Batman a fait tourner la presse avec Aiché »
Kagoro : «  J’ai aimé encourager mes copains lorsqu’ils faisaient fonctionner la presse  et j’ai adoré le lapin « Rien de Rien » »

La visite de l’atelier de Philippe Paumier, céramiste

Philippe fait de la poterie et de la céramique.
Pour faire de la céramique, il faut de l’argile.
Il a mis un morceau d’argile sur une machine qui tourne et avec son pied, il appuie sur une pédale pour faire démarrer le tour. Il a mis de l’eau. Quand il a commencé à tourner, il a posé ses mains sur l’argile.   Il a fait bouger ses mains le long de l’argile et ça a fait une forme. Il a appuyé avec ses pouces à l’intérieur et ça fait un trou.
Il a pris une sorte de spatule pour finir la poterie. Il a enlevé le bol avec un fil puis il l’a laissé sécher.
Quand c’est sec , il met ses objets dans le four à plus de 1000 degré, c’est chaud comme un volcan.
Après il met sur son objet de l’émail dans une salle spéciale (en haut de l’escalier qui fait peur), il remet son bol  encore une autre fois dans le four mais cette fois à plus 1200 degrés.
On peut acheter ses beaux objets.

Gilles-Albert,  Antoine, Aiché, Julia, Cassidy : « j’ai aimé lorsque Philippe a mis son tour en marche et fait le bol.»
Kagoro, Ali : « j’ai aimé être dans l’atelier de Philippe et son escalier »

 

Ecole :
CP de l’école élémentaire Joséphine Baker
18/28 rue Denis Papin, Pantin
Enseignante : Mme Morgane Quesnel

Abonnez-vous à notre Newsletter

E-mail*
Confirmez votre e-mail*
Nom
Prénom
Activité
Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

You have Successfully Subscribed!

Subscribe to our Newsletter

E-mail *
Confirm your e-mail *
First name
Last name
Activity
Fields indicated with a * are mandatory.

You have Successfully Subscribed!

Share This