FIFMA #5: Découvrir le cuir et l’argile

Des ateliers riches en découvertes

Ce sont deux lieux et savoir-faire atypiques que la classe de CP/CE2 de l’école Paul Langevin visitait cet après-midi à Pantin. L’atelier-maison de Sandra Baud qui créé des sacs, porte-monnaie et accessoires en maroquinerie et l’atelier de la céramiste Karine Goldberg presque les pieds dans l’eau, tout au bord du Canal de L’Ourcq.

« C’est trop beau chez vous ! Il y a même un escalier » font les enfants en rentrant chez Sandra Baud, une maison avec cheminée et verrière sur une cour peuplée d’arbres majestueux. « Vous savez ce qu’est le cuir ? » demande-t-elle. « Ouiii ! Moi, j’ai une veste en cuir ! » répond une élève. « Mais ça vient d’où ? » Silence dans la pièce. « Le cuir vient de la peau d’un animal ». « À bon ? » s’étonne un des enfants. « Il y a plusieurs types de cuir : d’abord on retire les poils et après on met la teinture, mais ce n’est pas moi qui le fais ».

« Ici, je fais tout à la main. Pour fabriquer un porte-monnaie, je prépare d’abord une forme qu’on appelle un gabarit sur un petit carton ». Sandra leur montre ensuite comme elle crée des dessins sur le cuir avec deux fers chauffés et des trous avec une perforeuse manuelle. Elle superpose ensuite deux cuirs de couleurs différentes qui révèlent les motifs. « A quoi ça vous fait penser ? ». « On dirait des branches avec des boules de neige ! c’est comme des petites myrtilles ». Les enfants se dirigent alors vers la machine à coudre : « je vais pouvoir assembler les différents morceaux ».

A la fin de la séance Sandra distribue à chaque enfant un petit trousseau avec des échantillons de cuir. Les petites mains repartent avec leur précieux trésors, direction l’atelier O bord de l’eau de Karine Goldberg.

Les différents états de l’argile

« Vous savez ce que c’est la céramique ? ». Les réponses fusent : « c’est de la poterie, de la sculpture ». Les enfants s’installent autour de la grande table qui trône au milieu de l’atelier. « Je vais vous faire sentir la terre que je travaille avec les mains sur des tours pour faire des objets, vous allez toucher et me dire ce que vous ressentez ». « C’est doux ! c’est comme de la pâte à modeler avec de l’eau, ça laisse des marques, c’est froid » font les enfants en se passant le morceau à tour de rôle.

Karine leur passe ensuite une bassine : « beurk c’est mou !  Ça colle sur les doigts, c’est bizarre, c’est gluant ». « Ce que vous venez de toucher c’est de la barbotine, c’est de la terre liquide et ici de la terre séchée. Être céramiste, c’est transformer l’argile et je viens de vous montrer 3 états différents ». Place ensuite à un petit travail pratique sur le recyclage de la terre : un à un les enfants prennent un morceau de terre séchée puis le jettent dans un seau d’eau : « ça va redevenir mou et je vais pouvoir retravailler la pâte » explique Karine.

Dans un coin de l’atelier, Karine ouvre le four et explique que la terre, une fois travaillée est cuite 2 fois. « La première cuisson la rend solide cela s’appelle le biscuit ». « C’est un gâteau qu’on mange ? ». demande un élève. « Après je décore avec une poudre appelée émail. La deuxième cuisson est la plus importante, la poudre va fusionner avec la terre ». Karine terminera la séance par une petite démonstration sur le tour du potier. « C’est déjà fini ! c’était bien ! » disent les enfants enthousiastes en reprenant le chemin de l’école.

Texte et photos : Aurélie Sécheret

Classe : CP/CE2 de l’école Paul Langevin
28 Rue Charles Auray, Pantin
Enseignants : Mmes Rouanet et Pluot

Intervenantes:
Sandra Baud – Plume de Radis, maroquinerie
35 rue Jacquart, Pantin
plumederadis.com

Karine Goldberg, céramique
11 mail Hélène Brion, Pantin
www.atelier-karinegoldberg.com

 

Share This