FIFMA des Ecoles #3 : A LA DECOUVERTE DES ARTS DU FEU

SOUFFLER LE VERRE / TOURNER LA TERRE

Belle entrée en matière dans la magie des « Arts du Feu », pour les élèves de 3e prépa-pro du Lycée Simone Weil de Pantin. Aux Arts Codés, véritable laboratoire d’innovation qui hybride artisanat d’art et technologies numériques, ils ont observé Nicolas Hautbois de l’Atelier Gamil, souffler le verre en fusion. Puis, dans l’atelier de Philippe Paumier, ils ont découvert comment l’argile se fait céramique. Captivés par la transformation des matières sous l’effet des hautes températures – 1200 °C pour le verre et 1300°C pour l’argile – les élèves n’étaient pas avares de questions.

Pantin, mardi 30 novembre après-midi

Devant la chaleur des fours destinés à maintenir le verre « à 1040 °C, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 », Nicolas Hautbois, leur montre le maniement de la canne de soufflage. Il prélève la matière dans le four avec une des extrémités, le mors, puis en soufflant de l’autre, le bec, la première bulle de verre incolore apparaît sous les « waouh » et les « oohhh » des élèves. Les questions fusent : « c’est comme ça qu’on fait des boules de Noel ?», « vous faites une chicha ? », « c’est chaud ? », ou encore « vous faites comment pour le décoller ?». De l’eau froide qu’il va appliquer sur une extrémité permettra de créer un choc thermique et de détacher le verre de la canne. Par un mouvement de rotation très rapide, il obtient ensuite un disque plat appelé cive qui permettait autrefois de fabriquer des vitres. Pour la couleur, il tourne une nouvelle boule dans de la poudre colorée – du violet choisi à l’unanimité. Puis découpe un morceau de verre qu’il colle sur la matière par fusion. Une boule de Noel apparaît alors sous les yeux ébahis des ados qui retrouvent un instant leur regard d’enfant.

« Est-ce qu’on peut toucher ? »

Dans l’atelier de céramique de Philippe Paumier, les élèves veulent mettre la main à la pâte. Ils tritureront des petits morceaux de terre tout au long de l’exposé. Philippe Paumier leur parle d’argile « matière ancienne transformée pendant des milliers d’années, que l’on trouve dans des endroits humides comme les étangs, les bords de rivières ou les forêts ». Une matière qui permet « une infinité d’expression, que l’on peut soit modeler, soit tourner, soit sculpter ». Il faut « commencer par pétrir l’argile pour retirer les bulles d’air » explique-t-il avant de tourner la matière sur la girelle, le tour du potier, dans un silence quasi religieux. Puis il explique les différents processus de transformation des pièces une fois modelées : une première cuisson à 1000 °C permet l’évaporation de l’eau et d’obtenir un « biscuit ». Vient ensuite l’étape du décor avec de l’émail, « un mélange de poudres minérales diluées dans de l’eau » et une cuisson finale qui monte à 1300 degrés. « C’est long pour apprendre ? » demande une élève. « Le mieux c’est un CAP céramique qui dure 3 ans, mais on continue de se perfectionner tout au long de sa vie » répond Philippe Paumier.

Texte et photos : Aurélie Sécheret

Ecole : 3e Prépa Pro
Lycée Professionnel Simone Weil
6 rue Delizy, Pantin
Enseignante : Mme Hasna Arim

Intervenants
Nicolas Hautbois, souffleur de verre
Atelier Gamil, Les Arts Codés
19 rue Charles Auray, Pantinlesartscodes.fr
Philippe Paumier, céramiste
33 rue Danton, Pré St Gervaiswww.philpaumier.fr

Share This