fbpx

FIFMA#28: Analyser le cinéma documentaire

Les apprentis jurys

Les élèves de 1ère Bac Pro du Campus Fonderie de l’Image de Bagnolet ont assisté à une séance d’initiation à l’analyse de film, animée par Clara Iparaguirre. L’objectif ? Les préparer à se glisser dans la peau d’un jury de festival de cinéma en leur donnant les outils qui leur permettront de voter pour leur film favori lors du FIFMA.

Apprendre à voter pour le film de son choix, c’est savoir analyser sa qualité selon une grille de lecture bien précise explique Clara en début de cours. « Savez-vous selon quels critères vous allez juger un film ? » demande-t-elle. « Le montage ? la prise de vue ? la mise en scène ? le scénario ? le son ? » répondent les élèves à tour de rôle. « Oui, il s’agit là des éléments objectifs des techniques cinématographiques sur lesquels il est possible de tous se mettre d’accord, mais il y aussi les données subjectives, comme votre gout personnel et les émotions ressenties qui entrent aussi en ligne de compte et peuvent déboucher sur des avis très différents ».  Pour illustrer son discours, Clara passe alors une série d’extraits de films qui vont montrer aux élèves un aperçu de la variété des approches documentaires.

On remonte tout d’abord aux origines du cinématographe en France avec un plan fixe des frères Lumière tourné en 1895 où on remarque d’emblée tout un langage. Puis c’est au tour d’un documentaire réalisé récemment à partir d’un montage rythmé d’archives de la Libération de Paris avec une bande sonore omniprésente, qui captive l’auditoire et le fait réagir : « on voit que le réalisateur a voulu dénoncer l’humiliation et la violence subies par les femmes tondues » commente un élève.

L’art du portrait filmé

Comme la spécificité du FIFMA est de présenter des films sur des artisans d’art et leurs métiers, Clara diffuse ensuite une série de portraits documentaires pour préparer les élèves à ce genre cinématographique particulier. Place alors à une séquence fixe d’un conteur africain en noir et blanc. « Pourquoi ce choix demande Clara » ? : « pour garder en mémoire ses savoirs et traditions qui allaient disparaitre », « pour que le spectateur se mette à la place des enfants qui écoutent » analysent les élèves. Vient ensuite un autre plan serré d’une illusionniste âgée qui fait des tours de magie et répond aux questions d’un réalisateur placé derrière la caméra où la relation entre le filmeur et le filmé est mise en avant. Pour le dernier extrait, Clara a choisi le portrait intimiste d’une malienne installée en France s’adressant à sa mère à travers une lettre : là encore les élèves constatent que la réalisatrice a créé une représentation originale dans laquelle la réalité est mise en scène.

« Il existe une infinité de langages, comme par exemple des films où le réalisateur parle à la première personne mais vous avez déjà un bon aperçu des partis pris de réalisation » conclue Clara. Les élèves de 1ère pro sont maintenant prêts à exercer leur esprit critique pour le FIFMA où ils voteront pour le film qui aura su les convaincre.

Texte et photos: Aurélie Sécheret

Lycée
1ère Bac Pro Communication visuelle
Campus Fonderie de l’Image
80 rue Jules Ferry Bagnolet
www.campusfonderiedelimage.org

Enseignant : M. Stéphane Vlassak

Intervenante :
Clara Iparaguirre, spécialiste de l’éducation à l’image
Association Étonnant Cinéma
80 rue Voltaire Montreuil
www.etonnantcinema.com

Abonnez-vous à notre Newsletter

E-mail*
Confirmez votre e-mail*
Nom
Prénom
Activité
Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

You have Successfully Subscribed!

Subscribe to our Newsletter

E-mail *
Confirm your e-mail *
First name
Last name
Activity
Fields indicated with a * are mandatory.

You have Successfully Subscribed!

Share This